UN DRONE NON AUTORISÉ SURVOLE LA PLAGE DE LA BAULE PENDANT UNE DEMIE-HEURE LE 29 DÉCEMBRE 2016 EN PLEIN ETAT D'URGENCE !

Il est un peu plus de 16 heures ce jeudi 29 décembre 2016. Il fait beau et de nombreux vacanciers sont sur la plage de La Baule. Des familles avec des enfants et des petits-enfants le plus souvent.
Soudain, un drone apparaît et se met a` voler au-dessus des estivants et des personnes présentes sur la plage. Il virevolte, descend, remonte, reste stationnaire puis repart.
Les adultes jettent un regard mi-amusé mi-inquiet a` l'engin.
Car c'est plus que surprenant.
En effet, deux lois (2015 et 2016) sont venues durcir la réglementation concernant les drones civils et de loisirs.
Voici un extrait du texte de loi :

"Il est interdit de faire voler l'appareil en zone urbaine, y compris dans un parc, ou au-dessus d'une foule, dans la rue, dans un stade ou sur une plage. Comme les avions, les drones doivent éviter les zones sensibles de l'espace aérien, ce qui inclut les aéroports et aérodromes (à moins d'obtenir l'autorisation de la Direction régionale de l'aviation civile), mais aussi des secteurs interdits de survol par le gouvernement."



En cliquant sur la photo pour l'agrandir, on voit un peu mieux le drone.

Chris La Baule est présent (toujours la` ou` il faut !) avec un ami. Et de nombreux autres amis et connaissances sont aussi présents avec leurs familles et des enfants.
Au début, tout le monde est un peu inquiet.
Puis ensuite, tout le monde pense que c'est un drone autorisé pour faire des prises de vues ou un reportage sur les vacances d'hiver a` La Baule.
Mais, ce qui est bizarre, c'est que le drone continue d'aller et venir dans une zone bien déterminée. Si c'était pour un reportage, il parcourrait la plage de long en large pour filmer. Car c'est un drone équipé d'une caméra.
Comment le savons-nous ?




 Pour une raison toute simple : trouvant cela sans doute drôle, le pilote du drone nous a repéré (Chris La Baule et son ami) un peu sous le Remblai a` l'abri du vent et vient se mettre en position stationnaire a` 5 m en face de nous et a` environ 2 m au-dessus du sol. Il reste la` une bonne minute. Nous avons le temps de voir la caméra du drone. Chris La Baule sort son portable pour le prendre en photo mais le pilote du drone le voit (grâce a` la caméra du drone) et le fait s'envoler. Nous tentons alors de le prendre en photo et ce sont les deux photos que vous voyez plus haut, prises sans zoom (pas eu le temps) et proches d'un mât.
Pourquoi avons-nous pris le drone et le mât ensemble ?
Pour avoir une preuve de l'endroit précis. Pour avoir une preuve que c'était bien sur la plage de La Baule. Car le drone pris dans le ciel tout seul aurait pu etre pris en photo n'importe ou`.




Chris La Baule et son ami décident alors de partir a` la recherche du pilote du drone. Nous n'avons pas besoin d'aller bien loin. Il est sur le Remblai. Au vu et au su de tout le monde.
Chris La Baule tente encore de prendre des photos du drone qui continue de survoler la plage et les vacanciers mais le pilote semble se méfier : le drone vole assez haut. Puis le drone atterrit et le pilote descend sur la plage le récupérer. Il rejoint sa femme et ses enfants. C'est juste un touriste qui s'amusait a` faire voler son joujou de Noel. Nous en profitons pour le photographier au moment ou` il range son drone dans une petite valise.
Plus de peur que de mal. Mais l'illégalité de ce survol fait se poser des questions beaucoup plus graves : comment en plein Etat d'urgence un drone peut-il illégalement survoler la plage de La Baule pendant plus d'une demie-heure ? 
Et si ce drone avait été piloté par un terroriste ? 
Nous serions tous morts.




Car le pilote amateur a pu rester sur le Remblai de La Baule pendant une demie-heure avec sa console de pilotage plutôt voyante.
Pas un policier municipal pour faire une vérification.
Pas un policier national pour l'interpeller.
Pas un militaire pour confisquer l'objet du délit.
Pourtant, NOUS SOMMES EN GUERRE ! Et il vient d'y avoir un attentat a` Berlin.
Nous sommes dans un Etat d'urgence qui dure depuis plus d'un an.



Emeutes a` Marseille pendant l'Euro de football et pendant l'Etat d'urgence

On nous demande d'etre vigilants. D'accord. 
Mais d'un autre côté, nous ne sommes pas protégés : attentat de Nice un 14 juillet en plein Etat d'urgence, émeutes de supporters et autres délinquants pendant l'Euro de football, l'auteur des attentats de Berlin qui va tranquillement d'Allemagne en Italie en passant par la France et en prenant tout aussi tranquillement son train a` Lyon alors qu'il est soi-disant recherché par toutes les polices d'Europe.
L'Etat d'urgence ne sert a` rien. Cette mesure temporaire (3 mois) est devenue permanente dans le principal but de surveiller les citoyens qui dérangent (écologistes, gauchistes, contestataires). Concernant le terrorisme, les résultats sont bien minces. Beaucoup de perquisitions effectuées, bien peu de terroristes ou d'apprentis-terroristes interpellés.




Et l'exemple du drone qui a survolé en toute impunité pendant une demie-heure la plage de La Baule par une belle journée de vacances d'hiver est encore la` pour le prouver.
Nous sommes vivants mais.... NOUS POURRIONS TOUS ETRE MORTS !

Commentaires

  1. Bonjour,
    En tant qu'opérateur de drones qui plus est à La Baule, nous partageons votre inquiétude de constater des vols "sauvages" et donc non autorisés à proximité & même parfois au-dessus de personnes. Si cela peut quand même vous rassurer sachez que le drone que vous avez identifié semble être un drone de loisir, à priori inoffensif et surtout avec une charge utile très réduite, il ne pourra donc emporter qu'une très faible charge explosive si tel était l'intention d'une personne malveillante. Comme nous le disions nous partageons votre inquiétude car nous mêmes avons constaté ce type d'infraction. Tout d'abord sur le dernier Triathlon de La Baule où un pilote ignorant (ou feignant d'ignorer) la réglementation faisait voler un Phantom 4 sans se préoccuper de la moindre sécurité... puis quelques jours après lors des Derbys de La Baule (SUP)là encore un vol "sauvage" alors que nous étions nous même en train de voler ce qui aurait pu avoir des conséquences en cas percussion... Sachez en tout cas que vous pouvez reporter ce type d'incident auprès de la Direction de la Sécurité de l'Aviation Civile (mail : bf.licences.dsaco@aviation-civile.gouv.fr) ou même de la Brigade de Gendarmerie des Transports Aériens (BGTA) se trouvant à l'Aéroport de Nantes.
    En espérant vous avoir rassuré :-).
    WDS44

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?