TRAITER LES SYNDICALISTES CGT DE TERRORISTES : UNE BONNE IDEE DU PATRONAT POUR QU'ON N'AIT PAS D'ESSENCE AVANT NOEL !


 En voila` une bonne idée : traiter les syndicalistes de "terroristes". Juste la semaine ou` l'on espérait que les choses s'arrangent un peu entre le gouvernement et la CGT. Juste la semaine ou` l'on espérait que les blocages et la pénurie d'essence allaient enfin disparaître.
C'est fin, c'est d'un haut niveau intellectuel, cela fait sans aucun doute avancer le débat. C'est un témoignage époustouflant d'un style de management moderne.
Loin de nous l'idée de prendre la défense de la CGT : notre dernier contact avec une communiste affiliée CGT, c'est en janvier 2015. Elle nous insultait dans un commentaire suite a` un article qui lui déplaisait et qui concernait une administration ou` elle travaillait. Donc, LVLB et la CGT, question grand amour, c'est moyen-moyen.
Mais user de termes comme "terroristes" concernant des syndicalistes lorsque l'on sait ce qu'est le "vrai" terrorisme, que la France vient de subir des attaques terroristes, c'est d'un mauvais gout sidérant.
Ce qui entraîne une question : "Le patronat a-t-il bon gout ?"
Et cette "insulte" est de plus politique car sélective : le Medef n'a rien dit contre les agriculteurs qui ont bloqué la France pendant 2 mois (janvier et février 2016) avec des méthodes pas franchement toujours légales et souvent violentes.
Mais voyons ce que dit M. Pierre Gattaz dans le journal "Le Monde":






 Le président du Medef manifeste un « ras-le-bol » deux mois et demi après les premières manifestations contre le projet de loi El Khomri. « Le pays n’a pas besoin de cela. Ces blocages, qui sont la plupart du temps illégaux, vont créer du chômage. C’est pourquoi nous demandons le retour de l’Etat de droit. » Il demande par ailleurs au gouvernement de ne surtout pas reculer. « Faire respecter l’Etat de droit, ajoute-t-il, c’est faire en sorte que les minorités qui se comportent un peu comme des voyous, comme des terroristes, ne bloquent pas tout le pays. (…) Quand le syndicat du livre-CGT empêche la parution de quotidiens au motif que ceux-ci ont refusé de publier le tract de M. Martinez, il me semble que l’on est dans une dictature stalinienne. »
  • Sur le rôle des syndicats
Très virulent à l’égard de la CGT et de son secrétaire général, Philippe Martinez, il décrit un syndicat à la « dérive », « en décalage avec les attentes des salariés » qui « bafouent les lois républicaines ». La CGT « se radicalise, elle se politise. Pour moi, le sigle CGT est égal à chômage ».


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2016/05/30/la-charge-de-pierre-gattaz-contre-la-cgt-ils-se-comportent-comme-des-voyous

(nous avons souligné en rouge les meilleurs passages) 


Que penser de tout cela ? Qu'il faut envoyer le GIGN contre les syndicalistes CGT ? En effet, comme ils bloquent les raffineries et comme ce sont des "terroristes", ils pourraient faire sauter les raffineries.
Avec 2,5 % de représentativité (pourcentage de salariés affiliés a` la CGT), doit-on vraiment craindre l'instauration d'une dictature stalinienne en France ?
On pourrait en rire mais le MEDEF ne fait pas rire :
- quand le Medef est contre le contrôle de la rémunération des grands patrons par l'Etat mais qu'il accepte 41 milliards d'euros de l'Etat dans le cadre du "pacte de compétitivité", il ne nous fait pas rire. 
- quand le Medef promet 1 million d'emplois contre ces 41 milliards d'assistanat d'argent public et qu'on attend toujours ce million d'emplois depuis 3 ans, il ne nous fait pas rire.
- quand le Medef soutient la loi "El Khomri", puis ne la soutient plus, puis dit au gouvernement de ne pas céder, puis fait du chantage en menacant de se retirer des discussions paritaires sur l'assurance-chômage, il ne nous fait pas rire.



 Alors, en tant que simple citoyen et contribuable, nous demandons les choses suivantes au gouvernement :
- l'interdiction du Medef en tant que mouvement factieux troublant l'ordre public pendant l'Etat d'urgence. Et créant du désordre a` un moment ou` on en a déja` assez.
- OU sont passés les 41 milliards du pacte de compétitivité ?
- OU est le million d'emplois promis en échange des 41 milliards d'euros ? 
- stopper immédiatement toutes les subventions au patronat et aux entreprises, exiger le remboursement de l'argent donné qui n'a servi a` rien et redonner cet argent au contribuable pour augmenter son pouvoir d'achat.
- vérifier si une partie des 41 milliards ne serait pas passée dans les faramineuses augmentations des grands patrons.
- vérifier qu'aucune subvention d'Etat n'a fini au Panama. 




Le dialogue social en France est une vaste rigolade : on se menace, on s'insulte, on s'ignore.
Quant aux Francais, au niveau dialogues, ils ont le choix en ce moment : CGT ou MEDEF.
Un vrai choix : eau en bouteille ou eau en carafe ? Patates ou pommes de terre ?



NB :   Le président du mouvement des progressistes a fait le lien entre les attaques de Pierre Gattaz et "Vichy" : "La dernière fois qu’un patron a parlé de la CGT en disant 'terroristes', c’était sous Vichy", a-t-il déclaré. 

La déclaration de Pierre Gattaz nous rappelle donc une période de l'histoire de France qui n'est pas la plus glorieuse.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

UN ACCIDENT RARISSIME A LA POINTE DE PENCHÂTEAU AU POULIGUEN

LA BAULE : MISE EN PLACE D'UNE CELLULE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE (SUITE AUX RÉSULTATS DU PREMIER TOUR)

POURQUOI LA BAULE REFUSE-T-ELLE D'APPARTENIR A LA BRETAGNE ?